Abattoirs mobiles : L’AFAAD intervient à la Confédération Paysanne

Abattoirs mobiles AFAAD

Notre association est investie depuis 2015 en faveur du développement des abattoirs mobiles en France. Cet investissement se traduit par notre participation aux travaux du Collectif « Quand l’abattoir vient à la ferme« , mais aussi lors de réunions de travail organisées depuis bientôt deux ans par la Confédération Paysanne. Lors de ces rendez-vous, l’AFAAD apporte son expertise et ses recommandations en matière de bientraitance animale.

Ce jeudi 05 juillet, notre Présidente participait à une journée d’échanges organisée par la Confédération Paysanne, afin d’identifier tous les groupes d’éleveurs porteurs de projets dans le cadre de l’adoption de l’article 13 quinquies du Projet de loi Alimentation. Cet article ouvre la voie à une expérimentation de 4 ans sur le déploiement de dispositifs d’abattage mobile.

De nombreux projets d’abattage mobile qui avancent et témoignent des atouts de ces solutions

Émilie Jeannin, éleveuse et fondatrice du Bœuf Éthique sera probablement la pionnière qui importera en France un abattoir mobile d’excellence, il s’agit du modèle de camion suédois. Émilie nous a présenté de nouveau le projet, ses atouts pour les animaux et sa volonté de « transporter la viande, pas les animaux ».

En parallèle de ce projet, nous saluons l’avance de nombreux groupements d’éleveurs. Ainsi, des collectifs d’éleveurs se sont constitués en Loire Atlantique, en Lozère, en Mayenne, en Normandie afin de développer des solutions d’abattage mobile. Ces hommes et ces femmes sont tous investis afin que l’abattage de leurs animaux soit digne et respectueux, à la hauteur de ce que nous leurs devons.

L’AFAAD souhaite que ces abattages soient irréprochables et garantissent à tous les animaux la meilleure prise en charge possible du stress et de la souffrance

Lors d’un exposé, l’AFAAD a pu rappeler les critères indispensables qu’elle exige en matière de bientraitance animale dans le cadre de la mise en place des abattoirs mobiles :

> L’absence d’utilisation de l’aiguillon électrique pour faire avancer les animaux
> Le guidage des animaux vers le piège dans le calme et avec des gestes doux
> L’isolement de l’animal abattu de la vue de ses congénères
> Un étourdissement systématique (électrique ou mécanique)
> Une vérification efficiente de l’absence de signes de reprise de conscience avant la saignée. Le cas échéant, l’application d’un deuxième étourdissement.
> La réalisation d’une inspection ante et post mortem par un vétérinaire officiel ou un agent vétérinaire agissant sous contrôle d’un vétérinaire officiel.
> Tous les opérateurs œuvrant à la mise à mort de l’animal devront être titulaires de leur certificat de compétence (article 7 et 21 du règlement UE 1099/2009)
> Le contrôle continu au poste d’abattage

En conclusion, l’AFAAD a rappelé son soutien au développement des abattages à la ferme si ces derniers garantissent une totale prise en charge du stress et de la souffrance animale. L’AFAAD estime que ces abattages doivent viser l’excellence et garantir aux associations, consommateurs et éleveurs une véritable transparence et un contrôle efficace de la mise à mort. C’est pourquoi notre association invite les porteurs de projets à s’investir pleinement dans la formation des opérateurs et à développer des contrôles ambitieux et innovants.