EGalim : Des promesses de campagne non tenues et la protection animale éludée !

Après le passage en commission du Développement durable, c’est au sein de la commission des Affaires économiques qu’a été examiné le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable ». Également loi Egalim, pour États généraux de l’alimentation, dont elle est l’aboutissement.
La puissance des lobbies est telle, que tous les amendements en faveur d’une meilleure prise en charge du bien-être animal ont été rejetés.
L’ultime étape, sera le passage en séance plénière le 22 mai prochain. Si en l’état le texte a été expurgé de toutes les mesures en faveur du bien-être animal et d’une amélioration des conditions d’abattage, il faut poursuivre la pression et exiger d’être entendus lors du vote en séance publique à l’Assemblée Nationale.

Le bien-être animal grand absent du projet de loi

Après avoir renommé le fameux article 13 « Respect du bien-être animal », la majorité des députés présents, menés par M. Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, ont rejeté scrupuleusement, un à un, les amendements concrets qui auraient pu faire évoluer les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux.
Ainsi, les députés ont repoussé pour l’heure l’interdiction de la vente d’œufs provenant d’élevages en cage, ainsi que l’élevage de lapins en cage.
Le contrôle vidéo en abattoir, promesse de campagne de M. Emmanuel Macron, souhaité par 85% de nos concitoyens et adopté par l’Assemblée Nationale en janvier 2017 a été rejeté : les abattoirs feront éventuellement cette démarche volontairement. Cette mesure portée avec énergie par le député Olivier Falorni faut pourtant l’unanimité pour la majorité des consommateurs !

Fédérer derrière l’amendement d’Olivier Falorni pour le contrôle vidéo en abattoir

Le député Olivier Falorni en appelle au soutien de tous afin que cet amendement soit adopté lors de la séance plénière le 22 mai prochain. La mobilisation doit se poursuivre et les députés doivent entendre l’attente des consommateurs concernant la transparence dans les abattoirs.
Nous vous invitons à écrire à votre député pour lui demander de voter l’amendement Falorni !

 

L’AFAAD était sur le terrain le dimanche 22 avril afin d’inviter nos concitoyens à se mobiliser en faveur de cette mesure. Nous confirmons que la grande majorité d’entre vous y est favorable et que le gouvernement, en faisant la sourde oreille à cette demande expresse des consommateurs, ne fera qu’encourager la fin de la consommation de viande. Le temps où la mort des animaux importait peu aux consommateurs est bel et bien révolu, et nous nous en réjouissons.
Nous avons les moyens de faire plier le gouvernement, il suffit de nous mobiliser!


Écrivez à votre député en quelques clics !