L’étourdissement

L‘étourdissement « Désigne tout procédé mécanique, électrique, chimique ou de toute autre nature provoquant une perte de conscience immédiate ; lorsque ce procédé est appliqué préalablement à l’abattage, la perte de conscience dure jusqu’à ce que la mort de l’animal intervienne des suites du processus d’abattage, et, en l’absence d’abattage, la procédure doit permettre à l’animal de reprendre conscience ».

La règlementation est précise. Ainsi, les animaux ne doivent être étourdis que s’ils peuvent être abattus sans délai. Les employés doivent être formés et capables de réaliser et de reconnaître un étourdissement efficace. La qualité de l’étourdissement doit être évaluée avant la réalisation de toute autre procédure. Un autre système d’étourdissement ou de mise à mort doit toujours être disponible en cas de besoin.
Les méthodes d’étourdissement employées dans les abattoirs français sont les suivantes :
L’étourdissement électrique

Le matériel d’étourdissement électrique doit permettre d’étourdir efficacement l’animal selon son espèce et sa taille. Les électrodes doivent être placées de manière à entourer le cerveau et une tension suffisante (>200 volts) doit être appliquée pendant ≥ 3 secondes pour provoquer un état d’inconscience immédiat. Si le courant appliqué au cerveau est suffisant, l’animal subira une crise épileptique durant laquelle il sera inconscient.

Les pinces pour l’étourdissement par la tête (porcs, moutons, chèvres et veaux) doivent être fixées à des électrodes munies de deux rangées de dents parallèles assez pointues pour rentrer dans les couches superficielles de la peau, garantissant ainsi que les électrodes ne glissent pas après le premier contact et permettent donc d’appliquer le courant de façon continue. L’appareil d’étourdissement électrique doit être équipé d’un ampèremètre et d’un voltamètre.

 

L’étourdissement mécanique

Le but des méthodes d’étourdissement mécanique est de provoquer une inconscience immédiate par l’administration d’un coup violent sur la tête de l’animal. L’inconscience doit persister jusqu’à la mort.

Les dispositifs d’étourdissement mécanique sont généralement des pistolets à cheville percutante ou pistolets d’abattage, qui sont divisés en deux grandes catégories:
• perforants;
• non perforants.

Les pistolets perforants sont utilisés principalement pour l’étourdissement des bovins; cependant, ils peuvent aussi être utilisés pour les moutons, les chèvres, les porcs, les cerfs, les chevaux et les lapins.

Il existe différents dispositifs non perforants allant du marteau de forgeron ou masse au pistolet («knocker»). Le «knocker» est le seul dispositif non perforant qui devrait être utilisé en pratique car, contrairement aux méthodes
manuelles, il est conçu pour appliquer un coup contrôlé sur la tête de l’animal. Les pistolets non perforants ne devraient  être utilisés que pour les bovins.

 

L’étourdissement en atmosphère modifiée
Cet méthode consiste à utiliser de fortes concentrations de gaz comme le dioxyde de carbone, l’azote ou l’argon; la méthode peut aussi être utilisée pour tuer l’animal.

Pour aller plus loin sur ces questions, nous vous invitons à consulter le rapport détaillé :Manipulations avant l’abattage, méthodes d’étourdissement et d’abattage, publié par la FAO.

Nous sommes favorables à l’étourdissement pour tous les animaux avant leur mise à mort définitive. A ce propos, le site web Abattage rituel propose de nombreuses explications sur la question de l’étourdissement à l’appui de rapports vétérinaires et scientifiques.

Nous pouvons notamment y apprendre que l’étourdissement n’est nullement  incompatible avec les pratiques religieuses.

Ainsi,  » les abattages halal et casher pourraient être réalisés en insensibilisant les animaux, tout en respectant les convictions de chacun. Alors pourquoi continuer à les faire souffrir ? »
L’abattage rituel peut se dérouler avec étourdissement, comme cela se fait dans de nombreux pays déjà : Norvège, Suède, Autriche, Suisse, Nouvelle-Zélande… L’abattage rituel est avant tout un acte religieux qui doit intégrer les règles et bonnes pratiques en matière de protection des animaux et d’hygiène des manipulations. Le cadre religieux de l’abattage rituel ne doit pas servir de prétexte ou d’alibi au non-respect des exigences réglementaires, ce qui est malheureusement parfois constaté. Exigences religieuses et réglementation sont parfaitement compatibles.

campagne

Pour aller plus loin concernant cette question, nous vous invitons à consulter les documents scientifiques attestant de la possibilité de réaliser l’abattage rituel avec l’étourdissement, sur le site d’Abattage rituel : à consulter ici