Le Pôle Viandes Locales en Creuse : et si l’abattoir pouvait être résolument différent?

Le vice-président de l’AFAAD était en déplacement le 03 mai dernier à Bourganeuf en Creuse, dans le cadre de notre participation au Comité Scientifique du Pôle Viandes Locales.
Pour rappel, cette nouvelle structure d’abattage doit être opérationnelle d’ici à la fin de l’année et offrir le maximum de garanties en matière de bien-traitance animale.

Cet abattoir, qui verra le jour en Creuse sera le résultat de nombreuses innovations, s’appuyant notamment sur les travaux de l’américaine Temple Grandin.
Projet porté et développé par des petits éleveurs locaux, le Pôle Viandes Locales offre l’opportunité de tout mettre en œuvre pour que l’animal soit respecté jusqu’à la dernière minute (architecture des bâtiments, cadences d’abattage, caméras de contrôle, formation des opérateurs, environnement sonore et lumineux etc.).

De nombreux acteurs complémentaires travaillent sur ce projet d’abattoir

En plus des éleveurs, des éthologues, des vétérinaires et l’AFAAD sont présents pour apporter leurs expertises et améliorer encore plus tout ce qui peut l’être, toujours dans une unique perspective : l’amélioration du traitement des animaux et la garantie de l’absence de stress et de souffrance évitables.
Rappelons que cette manière de travailler et de développer un nouvel outil en s’appuyant sur la volonté et les compétences de différentes personnes est résolument nouveau.

Visite du chantier en cours du Pôle Viandes Locales le 03 Mai 2017

Des discussions et échanges sur les meilleures solutions techniques concernant le box de contention

Après la visite du chantier, les échanges et le travail ont été consacrés à l’examen et aux meilleures solutions techniques à retenir concernant le futur box d’immobilisation. L’enjeu est bien évidemment de garantir la sécurité de l’animal, des employés et de générer le moins de stress et de panique possibles.  Toutes les questions ont ainsi été abordées et notamment, d’un point de vue éthologique et vétérinaire.

La question des méthodes d’étourdissement par espèces a été également débattue, concernant notamment le matériel le plus adapté.

Un projet qui nous engage tous, éleveurs, consommateurs, associations vis à vis de la fin de vie des animaux

Depuis que l‘AFAAD est membre du Comité Scientifique, nous relayons régulièrement les actualités de ce projet et les apports qu’il peut représenter pour des milliers d’animaux. Concrètement, cet abattoir s’engage notamment sur les points suivants :

Mesure n°1  => Nous proposons l’installation obligatoire d’un enregistrement vidéo chronométré et couvrant trois zones : les quais de déchargement, les bouveries et les halls d’abattage, à condition que la finalité de l’autorisation par la CNIL porte uniquement sur la bientraitance et que le visionnage soit limité à une commission éthique compétente pour analyser collectivement et avec le personnel les images pour améliorer les erreurs commises.
Mesure n°2  => l’instauration d’une limite d’actes d’abattage par jour et par opérateur.
Mesure n°2-bis => l’instauration d’une limite de tonnage annuel par les services vétérinaires de l’État en fonction du comportement dans l’abattoir.
Mesure n°3 => Exprimer clairement des consignes de soutien aux abattoirs de proximité et donner les moyens aux agents de l’État de détecter puis d’agir en faveur de l’amélioration du respect animal.
Mesure n°4 => Clarifier la réglementation en fixant des objectifs de résultat et non plus des moyens autorisés pour l’étourdissement et l’abattage.
Mesure n°5 => Créer une labellisation exigeante sous contrôle de l’État pour les acteurs ayant mis effectivement en place des protocoles visant à réduire le stress et la douleur animale.

Nous vous invitons à découvrir ce projet en vous rendant sur le site du Pôle Viandes Locales.