Transports d’animaux vivants : pour une commission d’enquête de l’Union Européenne

transports d'animaux vivants Union Européenne

Depuis plusieurs mois, l’AFAAD est mobilisée aux côtés d’autres ONG françaises et européennes pour faire cesser les conditions de transport indignes des animaux vivants au sein de l’Union Européenne et dans les pays tiers.

Des conditions de transport des animaux vivants indignes et insoutenables

Chaque année, plus de 1 milliard de volailles et 37 millions de bovins vivants, de cochons, de moutons, de chèvres et d’équidés sont transportés vivants dans l’Union européenne et vers des pays tiers pour être abattus à l’arrivée ou engraissés avant l’abattage. Ces animaux manquent souvent de soins,d’eau,de nourriture et sont entassés dans des camions par des températures extrêmes.

Enquête exportation d’animaux en Turquie, 2016

La campagne #StopTheTrucks (Arrêtons les camions) mobilise depuis plusieurs mois associations et citoyens pour dénoncer un commerce d’animaux vivants insoutenable et inacceptable.
Cette pétition a recueilli à travers l’Europe plus d’un million de signatures. Elle dénonce le fait que les normes européennes encadrant les conditions de transport sont très fréquemment ignorées et violées.

Mobilisation des ONG pour la création d’une commission d’enquête

Ce 27 févier 2018, 8 ONG de protection animale, dont l’AFAAD, viennent de saisir le Président du Parlement Européen afin de réclamer la création d’une commission d’enquête sur les violations répétées du règlement européen lors du transport d’animaux vivants vers et en dehors de l’UE.

Devant les manquements régulièrement dénoncés, la création de cette commission d’enquête est déjà sollicitée par 223 députés européens !

Dans ce courrier, nos organisations rappellent notamment que la Fédération des Vétérinaires d’Europe soulignait déjà en septembre 2016 :
«La nécessité urgente de réellement appliquer et respecter les normes européennes sur le bien-être des animaux durant le transport » et dénonçait « les graves déficiences subsistant lors de l’exportation des bovins (…) conduisant à la souffrance, l’épuisement et parfois même la mort des animaux. »

Consultez le courrier à destination du Président du Parlement Européen